Association d

Comprendre la Parole de Dieu

Vingt septième dimanche du Temps ordinaire – 8 octobre 2017

Evangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu (21, 33-43)

En ce temps là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Écoutez une autre parabole : Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et bâtit une tour de garde. Puis il loua cette vigne à des vignerons, et partit en voyage. Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième. De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais on les traita de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : “Ils respecteront mon fils.” Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : “Voici l’héritier : venez ! tuons-le, nous aurons son héritage !” Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Eh bien ! quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? » On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d’autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu. » Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits.

Pistes de réflexion

On reconnaît tout de suite dans cette parabole de Jésus les emprunts qu’il fait au chant de la vigne du prophète Isaïe (1ère lecture de ce dimanche) : « Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et bâtit une tour de garde ». Le propriétaire entoure sa vigne des mêmes soins que le vigneron d’Isaïe ; mais les similitudes s’arrêtent là. Dans l’évangile, la parabole prend un tour nouveau et propose donc une leçon nouvelle. Cela veut dire que Jésus a bien repris le thème de la parabole de la vigne chez Isaïe, mais en a modifié le symbolisme, ce qui est une manière très habituelle chez les auteurs bibliques. Il suffit de voir comment les métaphores bibliques (comme celle de la pierre angulaire, par exemple) évoluent d’un auteur à l’autre.

Chez Isaïe, le propriétaire est en même temps le vigneron ; la vigne représente le peuple d’Israël, une vigne entourée de soins, mais décevante et qui ne donnait que des mauvais fruits. Dans la parabole de Jésus, le propriétaire n’est pas le vigneron, il n’exploite pas directement sa vigne, il la confie à d’autres vignerons ; écoutons Saint Matthieu : « Il la loua à des vignerons et partit en voyage ».

Qui est la vigne ? Et qui sont les vignerons ?

Quant à savoir qui est la vigne, et qui sont les vignerons, ce n’est pas clair. De deux choses l’une : première hypothèse, la vigne représente Israël, comme chez Isaïe, et les vignerons sont les chefs des prêtres et les pharisiens. Ils avaient la charge de la vigne, le peuple d’Israël, et ils l’ont mal guidé puisqu’ils ont maltraité tous les prophètes et, en définitive, ils sont en train de rejeter le Fils Bien-Aimé du Père.

Deuxième hypothèse, la vigne représente le Royaume de Dieu et les vignerons, c’est le peuple d’Israël tout entier, qui en avait reçu la charge. C’est cette deuxième hypothèse qui est probablement la bonne, puisque Jésus termine en disant : « Le Royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits ».

Le Royaume de Dieu vous sera enlevé

Cette dernière phrase de Jésus est terrible : « Le Royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits ». Faut-il en conclure que le peuple d’Israël serait rejeté ? Grave question qui a empoisonné le dialogue entre Juifs et Chrétiens depuis vingt siècles ; et à laquelle s’affrontait déjà douloureusement Saint Paul, le Juif, dans la lettre aux Romains. Sa conclusion était que, de manière mystérieuse, mais de manière certaine, Israël reste le peuple élu au service du monde parce que « Dieu ne peut pas se rejeter lui-même ».

D’autre part, il ne faut pas oublier qu’une parabole n’est jamais un verdict, mais un appel à la conversion ; il est vrai que d’une parabole à l’autre, dans cette dernière étape de la vie de Jésus, le ton monte, mais c’est parce que l’urgence de la reconnaissance du Messie se fait pressante.

Nous sommes à la veille de la Passion. Il ne faut jamais perdre de vue que le souhait constant de Jésus est de sauver les hommes, non de les condamner ; et que, s’il guérit les aveugles de naissance, il désire plus encore guérir ses compatriotes de leur aveuglement. On a donc là une ultime tentative de Jésus pour alerter les pharisiens ; ses paroles sont sévères, mais elles ne constituent pas un jugement définitif.

Il ne s’agit en aucun cas d’un jugement sans appel du peuple juif dans son ensemble ni même de ses chefs ; ce serait contraire à tout l’évangile. D’ailleurs l’annonce la plus importante ce n’est pas que le Royaume leur soit enlevé : ce qui compte c’est que, malgré les obstacles dressés par les hommes, le Royaume produise son fruit. Ce n’est pas le vigneron qui compte, c’est le raisin.

La pierre rejetée par les bâtisseurs

Mais surtout c’est le commentaire de Jésus qui nous donne la clé de la parabole : « N’avez-vous jamais lu dans les Ecritures : « La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle. C’est là l’oeuvre du SEIGNEUR, la merveille devant nos yeux ! » Dieu est un habitué de ces renversements de situation. Déjà, au livre de la Genèse, les fils de Jacob avaient dit à propos de leur frère Joseph « voilà le Bien-Aimé, tuons-le »... ils n’imaginaient pas que celui qu’ils voulaient supprimer était celui qui allait les sauver, eux et tout le peuple (Gn 37, 20). D’une certaine manière, Jésus annonce ici sa Résurrection : lui, la pierre rejetée deviendra la clé de voûte de l’édifice ; traduisez le nouveau peuple, ce seront tous ceux qui se rassembleront autour de lui, quelle que soit leur origine. Et nul n’en est exclu : tous les vignerons sont englobés dans la phrase de Jésus sur la croix « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ».

Compléments

- Le jugement que Jérémie portait déjà sur le peuple d’Israël peut nous éclairer : « Quand j’ai fait sortir vos pères du pays d’Egypte... je ne leur ai demandé que ceci : « Ecoutez ma voix, et je deviendrai Dieu pour vous, et vous, vous deviendrez un peuple pour moi, suivez bien la route que je vous trace et vous serez heureux. Mais ils n’ont pas écouté ; mais ils n’ont pas tendu l’oreille, ils ont agi à leur guise dans leur entêtement exécrable, ils m’ont tourné le dos, au lieu de tourner vers moi leur visage... Depuis que leurs pères sortirent du pays d’Egypte jusqu’à ce jour, je n’ai cessé de leur envoyer tous mes serviteurs les prophètes, chaque jour, inlassablement. Mais ils ne m’ont pas écouté ; mais ils n’ont pas tendu l’oreille : ils ont raidi leur nuque, ils ont été plus méchants que leurs pères » (Jr 7, 22-28).

- Matthieu écrit son Evangile à la fin du premier siècle, à une époque où le refus des Juifs de reconnaître le Messie a favorisé l’entrée des païens dans l’Eglise ; il n’est donc pas étonnant de trouver dans des textes de cette période une pointe polémique contre ceux qui ont poussé le peuple juif à refuser le Christ.

(D’après Marie Noëlle Thabut – l’Intelligence des Ecritures)

Jésus nous résume en quelques images toute l'Histoire du Salut vue sous le regard de Dieu...

Dieu veut à tout prix sauver l'Humanité et Il est prêt à en payer le prix

même à exposer son Enfant à périr...

Mais, Dieu ne peut rien faire face à la liberté qu'Il a donnée à l'être humain.

Il ne peut non plus forcer l'être humain à lui rendre l'hommage qui lui est dû,

ni même à respecter ses envoyés...

L'amour commandé n'est plus de l'amour.

Ils en font l'expérience les parents dont les enfants refusent l'amour

usant ainsi de leur "liberté"...

Mais le Seigneur n'abandonne pas...

L'Amour est inventif...

Et comme il est exclu d'utiliser la force

Dieu choisit d'être patient...

Seigneur, donne-nous de ne jamais abuser de ta patience...

The secret of any online business is web hosting. Select the best hosting service reading offered by justhost.
Free Joomla Templates designed by Joomla Hosting shop beach and destination wedding dresses open back low back wedding dresses
Adidas Women Originals Trefoil Logo Hoodie Mens AF Sherpa Lined Vest AF 2016 Adidas Women Training Sport Essentials Logo Hoodie Mens AF Muscle Fit Chambray Shirt AF 2016 ADIDAS ORIGINALS Dragon W Tribe Blue S14 Joy Orchid S13 Running White Ftw Mens AF Side-Zip Fleece Hoodie AF 2016 ADIDAS PERFORMANCE Essence 11 Vioama Ftwbla Rousol Cheap Womens AF Applique Logo Graphic Tee 2016 ADIDAS PERFORMANCE Duramo Sleek W NOIR1 BLANC NOIR1 Cheap Womens AF Sugarlips Long-sleeve Seamless Scoopneck Top 2016 Adidas Men Originals Veritas Mid Shoes New Womens AF Lace Up Fleece Legging 2016 ADIDAS ORIGINALS Zx Flux W Seroso Noiess Blacas Cheap Womens AF Fringe Poncho 2016 ADIDAS ORIGINALS Gazelle og w Bleecl Blacas Ormeta Mens AF Side-Zip Fleece Hoodie AF 2016 ADIDAS PERFORMANCE Response Aspire Oc Noiess Argmet Seroso Mens AF Button-down Fleece Cardigan AF 2016 ADIDAS PERFORMANCE Essence 11 Solar Blue2 S14 Running White Neon Orange Cheap Womens AF Logo Graphic V-Neck Tee 2016 Men Porsche Design Sport by adidas Racing Jacket Mens AF Patterned Crew Sweater AF 2016 Adidas Running adizero Takumi Sen Boost 3 Shoes Adidas Women Originals City London Hoodie Mens AF Slit Neckline Henley AF 2016 ADIDAS PERFORMANCE Duramo Sleek W Roclfl Ftwbla Roclfl Cheap Womens AF Fringe Vegan Suede Jacket 2016 ADIDAS PERFORMANCE Duramo 6 W Oraflu Ftwbla Oraflu Cheap Womens AF Colorblock Crew Sweatshirt 2016