Association d

Comprendre la Parole de Dieu

Quatrième dimanche de Pâques – 15 avril 2018

Dimanche du Bon Pasteur

Evangile de Jésus Christ selon Saint Luc (Jn 10, 11-18)

En ce temps-là, Jésus déclara : « Moi, je suis le bon Pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis. Le berger mercenaire n'est pas le pasteur, les brebis ne sont pas à lui : s'il voit venir le loup, il abandonne les brebis et s'enfuit ; le loup s'en empare et les disperse. Ce berger n'est qu'un mercenaire, et les brebis ne comptent pas vraiment pour lui. Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît, et que je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis. J'ai encore d'autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos : celles-là aussi, il faut que je les conduise. Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur. Voici pourquoi le Père m'aime : parce que je donne ma vie, pour la recevoir de nouveau. Nul ne peut me l'enlever : je la donne de moi-même. J'ai le pouvoir de la donner, j’ai aussi le pouvoir de la recevoir de nouveau : voilà le commandement que j'ai reçu de mon Père. »

Pistes de réflexion

Dieu comme un berger pour son peuple. Cette comparaison du berger nous parle évidemment moins qu’aux contemporains de Jésus ; elle nous parle d’autant moins que qui dit berger dit troupeau, or nous ne rêvons pas d’être comparés à un troupeau ! Nous ne trouvons pas le terme très flatteur ; mais il faut nous replacer dans le contexte biblique :

A l’époque biblique, le troupeau était peut-être la seule richesse de son propriétaire ; il n’y a qu’à voir comment le livre de Job décrit l’opulence puis la déchéance de son héros. Cela se chiffre en nombre d’enfants, d’abord, puis en nombre de bêtes, tout de suite après : « Il y avait au pays de Ouç un homme du nom de Job. Il était, cet homme, intègre et droit, craignait Dieu et s’écartait du mal. Sept fils et trois filles lui étaient nés. Il possédait sept mille moutons, trois mille chameaux, cinq cents paires de boeufs, cinq cents ânesses et une nombreuse domesticité. Cet homme était le plus grand des fils de l’Orient. » Et quand on vient annoncer à Job tous les malheurs qui s’abattent sur lui, cela concerne ses troupeaux et ses enfants.

Déjà d’Abraham, on disait « Abram était riche en troupeaux, en argent et en or » (Gn 13, 2). Première remarque : si les troupeaux sont considérés comme une richesse, nous pouvons oser penser que Dieu nous considère comme une de ses richesses. Ce qui est quand même une belle audace sur le plan théologique ! Dieu est donc habituellement comparé à un berger, dont le troupeau est le peuple d’Israël ; par exemple : « Le Seigneur est mon berger, rien ne saurait me manquer... » (Ps 22/23).

« Berger d’Israël, écoute, toi qui conduis ton troupeau, resplendis... » (Ps 79/80). Cette image du berger dit la sollicitude de Dieu qui rassemble son peuple ; et, très souvent, ce thème du berger est associé à l’expérience de l’Exode, la libération d’Egypte ; on sait bien que c’est grâce à Dieu, et à lui seul, qu’on peut parler de peuple ! Sans lui, on ne s’en serait jamais sortis. Par exemple, le psaume 94/95 affirme : « Oui, il est notre Dieu, nous sommes le peuple qu’il conduit, le troupeau guidé par sa main ».

Le roi, berger à l’image de Dieu. Son troupeau, Dieu le confie à des lieutenants (tenant-lieu) ; dans cette optique, les rois d’Israël sont comparés à leur tour à des bergers ; et toute une idéologie de la royauté va se développer sur ce thème-là : faite à la fois de sollicitude et de fermeté. Car un berger sérieux sait faire preuve des deux : c’est avec le même bâton, son bâton de marcheur, qu’il guide et rassemble les brebis qui ont du mal à suivre, mais aussi qu’il éloigne les indésirables, qu’il sépare les brebis et les boucs... et qu’il chasse les bêtes sauvages qui menacent le troupeau. Et l’on sait bien que, primitivement, le sceptre des rois était un bâton de berger. Vers 1750 av. J.C. le fameux roi Hammourabi de Babylone se comparait déjà, lui aussi, à un berger, et disait « je suis le berger qui sauve et dont le sceptre est juste ».

Malheureusement, il y a les rêves, l’idéal, et puis la réalité... les rois d’Israël, comme bien d’autres ont trop souvent failli à leur mission, ils ont oublié qu’ils n’étaient que des lieu-tenants de Dieu et ils ont recherché leur propre intérêt et non celui de leur peuple.

Au lieu de veiller sur leur troupeau, ils se sont préoccupés d’eux-mêmes, de leur richesse, de leur honneur, de leur grandeur ; et au lieu de faire régner la justice dans le pays, ils ont laissé s’installer l’injustice au profit de l’opulence des uns, au risque de la misère des autres. Les prophètes ont des paroles très dures pour eux : « Malheur aux bergers d’Israël qui se paissent eux-mêmes ! N’est-ce pas le troupeau que les bergers doivent paître ? » (Ez 34, 2).

Le Messie sera un berger digne de Dieu. Mais, à travers ou malgré toutes les déceptions, les croyants ne perdent jamais l’espérance ; puisque le vrai berger d’Israël, c’est Dieu lui-même, et puisque Dieu est fidèle, on sait qu’on est en bonnes mains. Et on attend le roi idéal, celui qui gardera le troupeau au nom de Dieu, qui sera un instrument docile dans la main de Dieu. Par exemple, dans le livre d’Ezéchiel : « Moi-même je ferai paître mon troupeau, moi-même le ferai coucher, dit Dieu. La bête perdue, je la chercherai ; celle qui se sera écartée, je la ferai revenir ; celle qui aura une patte cassée, je lui ferai un bandage ; la malade, je la fortifierai. » (Ez 34, 16).

Donc, quand Jésus s’attribue le titre de Bon Pasteur, cela revient exactement à dire « Je suis le Messie, celui que vous attendiez ; le Sauveur, c’est moi ». D’ailleurs, ses interlocuteurs ne s’y sont pas trompés ; puisque Saint Jean note dans les versets suivants que cette déclaration a provoqué à nouveau la division parmi les Juifs. Les prêtres et les chefs du peuple ont très bien compris derrière les propos de Jésus une attaque à peine déguisée contre eux qui sont les pasteurs en titre du troupeau qui leur a été confié par Dieu. Plus tard, les Chrétiens découvriront ce qu’Ezéchiel ne pouvait pas encore deviner : que, réellement, le Messie serait non seulement un lieu-tenant de Dieu mais le Fils de Dieu lui-même. Son sceptre à lui, c’est sa croix : « Quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai tout à moi » (Jn 12, 32).

Jésus (berger donnant librement sa vie) répond bien au portrait du Serviteur dessiné par Isaïe Je donne ma vie pour mes brebis Jean a retenu avec soin toutes les phrases de son maître qui disaient sa détermination à donner sa vie pour son troupeau : « Je donne ma vie... Personne n’a pu me l’enlever : je la donne de moi-même. » (Jn 10, 18). Jean souligne ici la liberté de Jésus ; la liberté n’est-elle pas le premier attribut d’un roi ? Voilà bien, nous dit Jean, le roi que l’on attendait, non pas le roi que nous présentent les magazines, mais celui qui sera prêt à tout pour sauver son peuple. Décidément, les vues de Dieu ne sont pas les nôtres ! Jean le notera encore au moment de l’arrestation de Jésus « Jésus, sachant tout ce qui allait lui arriver » ; Jn 18, 4) et, au sein même du récit de la Passion, il note l’attitude souverainement libre de Jésus (19, 28).

Il y aura un seul troupeau et un seul pasteur. Cet horizon est loin d’être atteint, nous ne le savons que trop. Il ne l’était pas non plus lorsque Jean a écrit son évangile et pourtant, il a osé l’affirmer. Depuis la Résurrection, il sait que plus rien ne pourra empêcher ces promesses de Jésus de s’accomplir.

(D’après Marie Noëlle Thabut – l’Intelligence des Ecritures)

Prière

Père Bien-Aimé, tu as voulu que nous soyons appelés tes enfants

nous retirant de la foule, nous sortant de l'anonymat,

pour nous faire entrer dans une relation unique avec Toi.

Tu nous appelles chacun par notre nom,

tu nous connais mieux que nous-mêmes,

et nous avons un tel prix à tes yeux que tu nous as donné ta vie.

Seigneur, nous dépérissons parce que personne ne nous regarde et ne nous reconnaît.

Mais, Toi, par ton regard aimant, tu nous vois dans ta lumière,

tels que nous sommes devant Toi,

tu nous vivifies et ton Amour rend toutes choses possibles.

Nous sommes chacun ton enfant préféré et nul ne peut nous remplacer à tes yeux.

Accorde-nous de nous placer toujours sous ton regard

et de nous laisser conduire dans les verts pâturages

où tu te donnes toi-même en nourriture...

The secret of any online business is web hosting. Select the best hosting service reading offered by justhost.
Free Joomla Templates designed by Joomla Hosting shop beach and destination wedding dresses open back low back wedding dresses
Adidas Women Originals Trefoil Logo Hoodie Mens AF Sherpa Lined Vest AF 2016 Adidas Women Training Sport Essentials Logo Hoodie Mens AF Muscle Fit Chambray Shirt AF 2016 ADIDAS ORIGINALS Dragon W Tribe Blue S14 Joy Orchid S13 Running White Ftw Mens AF Side-Zip Fleece Hoodie AF 2016 ADIDAS PERFORMANCE Essence 11 Vioama Ftwbla Rousol Cheap Womens AF Applique Logo Graphic Tee 2016 ADIDAS PERFORMANCE Duramo Sleek W NOIR1 BLANC NOIR1 Cheap Womens AF Sugarlips Long-sleeve Seamless Scoopneck Top 2016 Adidas Men Originals Veritas Mid Shoes New Womens AF Lace Up Fleece Legging 2016 ADIDAS ORIGINALS Zx Flux W Seroso Noiess Blacas Cheap Womens AF Fringe Poncho 2016 ADIDAS ORIGINALS Gazelle og w Bleecl Blacas Ormeta Mens AF Side-Zip Fleece Hoodie AF 2016 ADIDAS PERFORMANCE Response Aspire Oc Noiess Argmet Seroso Mens AF Button-down Fleece Cardigan AF 2016 ADIDAS PERFORMANCE Essence 11 Solar Blue2 S14 Running White Neon Orange Cheap Womens AF Logo Graphic V-Neck Tee 2016 Men Porsche Design Sport by adidas Racing Jacket Mens AF Patterned Crew Sweater AF 2016 Adidas Running adizero Takumi Sen Boost 3 Shoes Adidas Women Originals City London Hoodie Mens AF Slit Neckline Henley AF 2016 ADIDAS PERFORMANCE Duramo Sleek W Roclfl Ftwbla Roclfl Cheap Womens AF Fringe Vegan Suede Jacket 2016 ADIDAS PERFORMANCE Duramo 6 W Oraflu Ftwbla Oraflu Cheap Womens AF Colorblock Crew Sweatshirt 2016